Fibres

La soie

Née dans une ancienne magnanerie Ardéchoise, très tôt je me suis intéressée à ce tissu d’origine Chinoise. C’est d’ailleurs la fibre que je connais et reconnais le mieux. Elle représente toute mon enfance !

L’histoire de la soie

Selon la très ancienne légende, la soie a été découverte, environ 2700 av. JC. La princesse Xi  Ling Shi était en train de jouer avec un cocon de bombyx quand tout à coup il tomba dans sa tasse de thé. Elle le reprit dans sa main et tira délicatement sur un petit fil qui dépassait et quand elle arriva au bout, le cocon avait disparu et avait laissé la place à un long fil. D’après la légende, elle fut la première à dévider un fil de soie.

On découvrit ensuite que l’on pouvait faire avec ce fil, des tissus aux qualités incomparables. Il devint alors un produit réservé à la confection de vêtements impériaux. La soie resta pendant plusieurs millénaires un secret bien gardé par les chinois : un décret impérial punissait de mort quiconque tenterait de divulguer ce secret. L’art de fabriquer la soie se serait ensuite progressivement transmis aux autres civilisations par le biais d’espions de tous genres (moines, princesses…) aux pillards et aux marchands.

La soie est rapidement devenue une matière de luxe appréciée des pays étrangers comme l’attestent de nombreuses découvertes. Son commerce est largement antérieur à l’ouverture officielle des fameuses routes de la soie.

Les différents types de soie

Il existe la soie Maulbère et la soie sauvage. La soie Maulbère (ou soie pure) est constituée d’un fil fabriqué par la chenille du bombyx du mûrier. Ces vers à soie vivent exclusivement en captivité (dans les magnaneries). Au printemps, les papillons pondent entre 400 à 500 œufs, de ces œufs éclosent les vers à soie. Ces chenilles se nourrissent des feuilles du mûrier. Les chenilles fabriquent un cocon en tissant un fil très long (environ 1km) et très résistant.      

La soie sauvage est fabriquée à partir de vers à soie qui vivent dans la nature. L’araignée Tussah est le vers le plus connu, la soie que fabriquent ces chenilles est plus épaisse et moins régulière. La soie de Shantung et la soie de Honan font, entre autres, partie de cette catégorie de soie.

La façon de tisser ces deux sortes de soies permet d’obtenir des mousselines, crêpes, satin, etc. La mousseline de soie est très légère et permet de laisser passer la lumière. Le crêpe de soie est un tissu plus épais, sa surface est mate avec un aspect légèrement granuleux. On trouve également des taffetas de soie qui sont plus épais et des organzas qui servent par exemple à la fabrication des tutus.

Certains confondent la soie avec le satin. Il faut savoir que la soie est une fibre naturelle alors que le satin est un tissage. Alors un grand nombre de fibres peuvent ainsi être tissées et devenir satin.

Les propriétés de la soie

Les tissus en soie sont très fins, légers et agréables à porter. La soie offre un confort thermique très appréciable (chaud en hiver et froid en été), de plus elle est hypoallergénique. C’est la fibre naturelle la plus solide connue donc le vêtement garde sa forme d’origine des nombreuses années si il est entretenu avec soin. Cependant attention la soie absorbe très bien les colorants, donc il peut être difficile de la détacher.

L’entretien

Grâce à un bon entretien, vos produits en soie tiennent des années sans que la qualité n’en pâtisse.

Il faut juste veiller aux indications suivantes:

  • Ne jamais vaporiser du parfum ou du déodorant sur la soie
  • Ne jamais asperger d’eau lors du repassage
  • Ne pas enlever les taches avec de l’eau

Il est préférable de laver les vêtements en soie à la main car leurs couleurs dégorgent énormément, mais vous pouvez également les laver en machine (30°- lessive spéciale soie – dans un filet – sans essorage).

Petit conseil d’Elsa: je commence par laver les plus clairs et fini par les plus foncés afin de conserver leurs couleurs et la même eau par la même occasion.

  • Utiliser un savon doux
  • Laisser tremper la soie environ 3 à 5 minutes dans l’eau tiède.
    (laver la soie sombre ou la soie imprimée uniquement rapidement dans un bain FROID, ne pas laisser tremper !)
  • Pendant ce temps, bouger le tissu légèrement de l’avant vers l’arrière.
  • Après max. 5 minutes dans le bain, retirer la soie
  • Rincer le tissu à l’eau froide en ajoutant une cuillère à café de vinaigre blanc pour enlever tous les restes de savon.
  • Enrouler ensuite la soie dans une serviette sèche pour enlever les restes de liquides.
  • Puis enrouler la soie à plat et tirer légèrement au niveau des angles.
  • Repasser sur l’envers. En outre, la soie doit toujours être légèrement humide. Ne pas repasser la soie à une température trop chaude !

Les enjeux sociaux et environnementaux de la soie

Comme pour toutes les cultures, celle de la soie utilise aujourd’hui diverses substances et produits chimiques dangereux pour l’environnement, notamment lors des opérations de décreusage et de charge. Sans parler des antibiotiques ou hormones donnés aux vers. D’ailleurs ils sont souvent tués au moment de récupérer le fil de soie; ils ne se transforment donc jamais en papillons.

La récolte des fils de soie étant demandeuse en main d’oeuvre, l’industrie fait travailler des enfants et des personnes en situation de quasi-esclavage dans les pays en développement tel que l’Ouzbékistan. Les ateliers dans lesquels sont transformés les fils de soie sont surchauffés et insalubres, pourtant hommes, femmes et enfants y travaillent quotidiennement.

Pour éviter d’acheter des vêtements fabriqués dans de telles conditions, privilégiez les achats seconde main ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *